EN PLEINE RECHERCHE DE SOI

– PLONGÉ DANS UN MOUVEMENT QUI NOUS EST INCONNU 

Nous avions passé un cran, après l’argent facile, l’absentéisme au collège, les délits de plus en plus violents que nous commettions, nous avons par la suite été conquis par notre première journée passée au Forum des Halles. Qu’est-ce qui nous a conquis? C’était spécial, il y avait un mouvement particulier qui dégageait une atmosphère particulière. Le style vestimentaire était complètement différent de celui qu’on pouvait retrouver en banlieue. Je pense qu’inconsciemment cela m’a beaucoup plu car j’étais un passionné de mode, c’était l’occasion pour moi d’adopter un nouveau style vestimentaire, d’oser mettre de la couleur, d’être différent, d’afficher mon adhérence à un certain mouvement, car tout le monde savait que ce style représentait les jeunes qui se retrouvaient au Forum des Halles, à la Gare Du Nord dit GDN, à la Défense, …  Quel époque! Ce n’était pas forcément un mouvement recommandable, mais je regrette pas l’avoir vécu …

On était jeune, en pleine recherche de soi, avec les hormones en ébullition, blessé intérieurement, oui je pense que nombreux étaient ceux qui vivaient des choses assez compliqué dans leurs familles. On y allait chaque samedi, plein d’enthousiasme, avec une forte dose d’excitation, quand j’y étais je ne pensais plus du tout à ce que je vivais au domicile familial. C’est assez paradoxale mais j’avais quand même une partie de moi qui ne se sentais pas à l’aise dans ce milieu. Pourquoi? Peut-être un milieu qui était beaucoup trop viril pour moi à cette période de ma vie, en raison d’une estime de moi complètement saboté par ce que j’avais pu vivre. Quand je dis trop viril, c’est par rapport au fait qu’il y avait quand même beaucoup de bagarres, des bagarres assez violente, avec une ambiance remplit d’animosité. L’animosité est vraiment le terme, c’est d’ailleurs l’époque où une bagarre pouvait partir à cause d’un simple regard. Vous rendez-vous compte de la folie du truc? Puis au fond je me demandais quand même pourquoi tout ces jeunes ne restaient donc pas dans leur quartier?

– UN MILIEU ABRACADABRANT

Je sentais bien que ce mouvement était abracadabrant, bizarre, extravagant, mais malgré tout j’y retrouvais quelque chose de jouissif. Les filles, cette ambiance, cette dangerosité, et cette popularité, car plus nous y allons plus nous connaissions du monde et surtout de plus en plus de filles, les personnes extrêmement populaire étaient ce qu’on appelait des Cyber, pourquoi? Je n’en sais rien, peut-être en rapport avec les réseaux sociaux qui étaient MSN, les Skyblogs. L’étais-je? Loin de là! Retenez que j’étais dans ce mouvement en y allant avec des pincettes. J’ai aimé ça, cela m’apportait l’attention dont j’avais tant besoin, j’avais désormais des amies filles, avec certaines je créais des liens qui me permettaient de leur exposer ma vie, mes difficultés. Parler de ma vie à des filles, j’en avais vachement besoin, je retrouvais en elles ce côté maternelle, protectrice, que je recherchais désespérément. Je recherchais ce côté maternelle de manière complètement inconsciente, Dieu merci aujourd’hui j’ai bien augmenté mon niveau de conscience.

C’était plaisant, mais en même temps très dangereux. Ce qui était dangereux n’était pas que la violence, il y avait plusieurs points très dangereux. La sexualité, nos états intérieures, les mauvaises rencontres, l’inconscience totale que nous avions, prêt à tout pour recevoir l’attention des uns des autres, … Les deux points noires étaient selon moi la sexualité et la violence. Nombreux sont ceux qui ont chopé des maladies sexuellement transmissibles à ce moment là, de l’infection urinaire jusqu’au VIH. Faut dire que le niveau de débauche était très accentué, alcool, drogue, sexe, … Pour la plupart nous venions tous de banlieue, 93, 94, 95, 77, 78, certains venaient même du 60, de Creil plus précisément. Nous étions très majoritairement des noirs, il y avait très peu de blancs et d’arabes dans ce mouvement. Pourquoi? Pour être honnête je pense que ce mouvement regroupait beaucoup de distractions que de nombreux noirs aiment à outrance. Les femmes, la danse, la bagarre, l’ambiance, l’extravagance, le communautarisme, … Ce n’est que mon avis personnel, tout en précisant que tout les noirs ne sont pas forcément pareils. La preuve aujourd’hui je suis un bousillé de lecture, ce qui provoque des regards d’étonnements venant de la part de certains lorsqu’ils me voient lire un bouquin dans le Métro.

TOUT LE MONDE RECHERCHAIT SA PROFONDE IDENTITE

Nous avions 141516 ans, d’autres étaient bien évidemment plus âgés que nous, mais personne ne peut dire qu’à cette époque on savait réellement qui on était, à quoi nous étions destinés, quelle était notre mission de vie sur cette Terre … Dans ce milieu j’ai rencontré beaucoup de personnes qui étaient déjà placé en foyer, pour des raisons familiales, judiciaires, … Ce qui confirme le fait que beaucoup souffraient intérieurement, beaucoup vivaient des choses très compliquées à leur domicile familiale, c’était d’ailleurs mon cas, la sexualité immorale était donc devenu un pansement que nous mettions sur nos blessures intérieures, pour éviter de les traiter en profondeur, et probablement aussi par mimétisme. Tout le monde le faisait, il fallait donc faire comme les autres pour réellement se faire accepter.

Aujourd’hui, je sais que certains comportements, certains agissements, ne sont dus qu’à des souffrances intérieures très douloureuses. Combien de femmes donnent leurs corps très facilement aux hommes? De très nombreuses femmes! J’ai longtemps définis ces femmes comme des putes, qu’elles me pardonnent, je n’avais pas la connaissance qui me permettait de comprendre que ces femmes souffrent terriblement. Pour certaines elles n’ont pas eu de père, pour d’autres elles se sont faites abuser sexuellement par un oncle, le père, parfois même les deux parents. Des actes odieux, qui créeront inévitablement des blessures qu’il faudra combler. Comment? Très souvent par une addiction. L’alcool, la drogue, la bagarre, le sexe, … La suite au prochain article…

Réal Nardez, Fondateur des sites Mavieenquartier.fr et Blessure2lame.fr